Mercredi 9 novembre 3 09 /11 /Nov 18:01

J’ai eu le plaisir d’assister hier aux Deuxièmes Assises de la Fondation Nestlé France, dont le thème était: « Culture alimentaire française : l’urgence de la transmission ». Vaste sujet…

 

Le professeur Basdevant, chef de service à la Pitié Salpêtrière, commence par nous expliquer que de plus en plus d’études scientifiques se penchent sur l’influence de la culture alimentaire dans le développement de l’obésité. Bien que ce phénomène n’épargne pas les Français, nous sommes beaucoup moins touchés que des pays tels que les Etats-Unis, l’Australie... Ceci est notamment lié à un ensemble de pratiques, d’habitudes alimentaires, caractéristiques de la population française, que nous expose Claude Fischler, directeur de recherche au CNRS. Ainsi, ce qui semble distinguer notre conception de l’alimentation par rapport à celle des Américains peut se résumer en deux points :

-          d’une part, nous avons tendance à assimiler le « bien-manger » à une alimentation saine, équilibrée, variée, « avec pas trop de… »… et nous plaçons même les aliments en 2e position (après la joie de vivre et avant le sport et l’exercice physique) dans un classement dit de « valeur santé » ;

-          d’autre part, nous considérons l’acte de manger comme un acte social important, comme un moment de plaisir partagé, qui jalonne notre journée (à 12h30, 54% des Français sont en train de manger) et auquel on aime consacrer du temps (les Français sont d’ailleurs ceux qui passent le plus de temps à manger : 135 minutes par jour, d’après l’OCDE).

 

Après avoir constaté que la culture alimentaire française « avait du bon », le débat bascule peu à peu vers une autre approche, beaucoup plus alarmiste. Les rapports à la transmission de cette culture alimentaire évoluent : on note en particulier un fort déclin de la transmission maternelle qui est peu à peu supplantée par un mode de transmission plus démocratique, via les média (presse, livres, radio, télé, Internet…). Jusqu’ici, rien de vraiment alarmant… C’est l’intervention de Pascale Hébel, directrice du département « Consommation » du CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie), qui nous fait vraiment ressentir la pertinence du terme « urgence », par un certain nombre de constats sur l’évolution générationnelle des pratiques alimentaires françaises :

-          A chaque nouvelle génération, le budget consacré à l’alimentaire, et notamment à l’achat de fruits frais, diminue (actuellement, les octogénaires consacrent 20% de leur budget à l’alimentation contre 8% pour la génération dite « plateau repas » qui a entre 20 et 30 ans).

-          Les jeunes générations consacrent également de moins en moins de temps aux repas (elles en sautent même de plus en plus) et mangent à des horaires beaucoup moins fixes.

-          Enfin, les jeunes mangent de moins en moins à table et prennent de plus en plus leur repas seul.

 

C’est alors que sont développées les solutions envisagées par la Fondation Nestlé : il faut se concentrer sur les trois vecteurs essentiels de transmission que sont la famille, l’école et les médias. Tout à fait d’accord ! En revanche, c’est plutôt le choix des intervenants qui m’a paru légèrement maladroit… Tout d’abord, Caroline Rostang, fille du grand chef Michel Rostang, issue d’une longue tradition familiale de chefs cuisiniers…  Très bien mais il me semble qu’on est un peu loin de la réalité de la famille traditionnelle : tout le monde n’a pas un papa capable de cuisiner du deux étoiles Michelin pour le repas du dimanche ! Vient ensuite le proviseur adjoint d’un internat… Celui-ci nous explique que c’est un sous-traitant privé (dont je tairai le nom mais dont vous avez déjà sûrement entendu parler…) qui se charge des repas de la cantine et il avoue lui-même ne pas être très sensible aux charmes de ce type de cuisine ! Pour compenser, ils organisent des ateliers culinaires au sein de l’internat… Belle initiative mais sachant que les internes ne peuvent de toute façon pas cuisiner leur repas (13 repas pris à l’internat par semaine, nous répète-t-on…), l’impact positif immédiat semble assez limité! Enfin, c’est Simone Harari (une yamamouchi de la télé) qui intervient pour nous montrer comment la télévision française représente la culture alimentaire… Pas très glorieux quand elle dresse la longue liste de séries américaines (Desperate Housewives, Friends, Grey’s Anatomy…) qui nous exposent « l’American Way of Eating » comme modèle… Quant aux émissions qui font exploser l’audimat comme « Masterchef » ou « Un dîner presque parfait », j’ai encore du mal à croire qu’elle puisse remplacer une leçon de cuisine de maman… Sans compter que la télé ne me semble pas être le media idéal pour favoriser le retour à la cuisine (qui cuisine en regardant la télé ?) ni même le retour aux repas vécus comme un moment de partage en famille…

 

Malgré ce sentiment mitigé quant aux interventions des représentants de « la solution », je tiens à saluer toutes les initiatives associatives et publiques qui ont été récompensées lors de cet évènement (par de magnifiques totems appelés « Nids d’Or » !) pour leur contribution à la transmission de notre culture alimentaire. J’ai l’intime conviction que c’est la multiplication de ce type d’actions de terrain, à petite échelle, qui permettra d’obtenir de vrais résultats à grande échelle.

 

Enfin, j’ai beaucoup apprécié le cocktail déjeunatoire organisé par l’Atelier des Chefs, qui nous invitait à préparer nous-même différents amuse-bouche sur une dizaine de stands (j’ai particulièrement aimé le stand de « l’œuf moelleux », où j’ai découvert, en même temps que Mr Orsenna, un ustensile étrange dénommé « toc-œuf »…). J’ai cependant noté avec amusement qu’après une demi-journée passée à se concentrer sur l’importance de la transmission de la culture culinaire, la plupart des participants se sont rués sur le stand « fromages », qui ne nécessitait aucune préparation… Génération de fainéants ?...

 

 

 

 

Par foodandglam - Publié dans : Billets d'humour et touches d'humeur
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Très interresant cet article et c'est tellement vrai, puis je le mettre sur mon blog? Merci bon week end.
Commentaire n°1 posté par Eva le 11/11/2011 à 14h54

Oui bien sûr vous pouvez le réutiliser! Ce serait juste sympa de citer la source! ;)

Quelle est l'adresse de votre blog? Est-ce un blog sur l'alimentaire, la nutrition?

Bon WE à vous aussi.

Réponse de foodandglam le 11/11/2011 à 15h06

Présentation

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés