Lundi 14 mai 1 14 /05 /Mai 18:46

Vous aimez le bon vin et vous avez bien raison ! Cependant, on aurait tort de laisser croire que la consommation de ce breuvage, aussi catholique soit-il, ne présente aucun danger pour la santé ! Il est possible que les fameux polyphénols, dont on ne cesse de vanter les mérites, permettent d’abaisser le risque relatif de la consommation de vin rouge à un niveau inférieur à 1 (correspondant à un bénéfice supérieur au risque)… Mais force est de constater que la courbe de ce risque relatif s’élève à très vive allure dès que l’on augmente légèrement le nombre de ballons !! A l’appui de cette affirmation, voici le point sur les bénéfices et les risques potentiels que présente notre très cher vin…

 

Du côté des bénéfices, rien n’est encore certain !

Avec une consommation modérée de vin (c’est-à-dire une consommation en contexte « social » et qui n’excède pas ½ verre par jour en dehors de ce contexte), on note une amélioration de certains paramètres relatifs à la circulation sanguine (diminution de la coagulation, effet vasodilatateur…) et aux lipides sanguins (augmentation du bon cholestérol et diminution du mauvais cholestérol…). Ces effets seraient notamment liés à l’impact antioxydant des polyphénols du vin (en particulier du resvératrol). D’après certaines études épidémiologiques, il en résulte une apparente diminution du risque de survenue de maladies cardiovasculaires chez les consommateurs modérés par rapport aux abstinents. Ce sont ces résultats qui ont d’ailleurs servi à étayer la thèse du très célèbre « French paradox », théorie suggérant que la relative résistance des Français face aux troubles cardiovasculaires, malgré leur forte consommation d’acides gras saturés, était liée à leur goût pour le bon vin !

Néanmoins, certaines observations obligent à relativiser ces effets positifs : tout d’abord, il semble que l’effet sur le bon cholestérol ne soit pas universel et ne soit observé que chez certains individus ayant des caractéristiques génétiques bien spécifiques (i.e. un certain allèle pour un gène codant une alcool-déshydrogénase) ; par ailleurs, certains biais remettent en cause les résultats des études épidémiologiques susmentionnées (abstinents pour des raisons de maladies systématiquement comptabilisés, intervention possible d’un autre facteur expliquant le moindre risque de troubles cardiovasculaires : le niveau de vie, le confort de vie associés à une consommation modérée d’alcool).

 

En revanche, les risques sont bien avérés…

Au niveau cardiovasculaire, une consommation non-modérée peut multiplier par 6 le risque de troubles sérieux ! Ainsi, loin d’améliorer les paramètres sanguins, ce type de consommation entraîne notamment une hausse du mauvais cholestérol mais aussi de la pression sanguine.

Au niveau cérébral, bien que certaines études épidémiologiques aient pu constater une diminution des maladies neuro-dégénératives (Alzheimer notamment) avec une consommation modérée, n’oublions pas que le « binge drinking » (alcoolisation massive et rapide) occasionne d’importants dégâts, probablement irréversibles, sur les cellules de notre cerveau…

Une forte consommation est également associée à l’augmentation du risque de développer d’autres maladies, à commencer par l’alcoolisme, maladie définie par l’OMS comme un ensemble de troubles mentaux et comportementaux liés à la consommation d’alcool. Les cancers (des voies aérodigestives supérieures, du foie, colorectaux et du sein chez les femmes), de même que la cirrhose (maladie du foie), sont aussi favorisés par l’alcool non-modéré.

Enfin, la présence dans le vin de substances comme les sulfites et les résidus de polluants (insecticides, fongicides…) pourrait être à l’origine de conséquences néfastes pour la santé (intolérances semblables à des réactions allergiques, céphalées, crises hémorroïdaires…). Tous les vins contiennent des sulfites et des polluants, y compris les vins labellisés AB, dans des proportions généralement moins élevées tout de même! Méfiez-vous en particulier de certains vins blancs (gewurztraminer) très riches en sulfites et de certains Bordeaux très pollués !

 

Si vous souhaitez davantage de détails sur les bienfaits et méfaits du vin, je vous invite à regarder cette vidéo de l’émission « Allô docteur » (France 5), entièrement dédiée à ce sujet : http://www.france5.fr/sante/allo-docteurs/emission/2012-05-08

Et à votre santé ! J

Par foodandglam - Publié dans : L'Info Nutri
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés